Sélectionner une page

La radiothérapie externe

La radiothérapie externe peut être utilisée comme alternative à la chirurgie ou bien en complément.
Elle consiste à détruire les cellules cancéreuses en les « brûlant ».

Les effets secondaires ne sont pas spécialement agréables à vivre mais sont bénins et disparaissent une fois le traitement terminé : diarrhées et problèmes intestinaux en tous genres.

Consultation

Prendre rendez-vous

Centre d’Urologie du Val d'Ouest

04 72 19 31 84

Centre d’Urologie de la Sauvegarde

04 72 17 72 16
04 37 49 66 77

La radiothérapie externe conformationnelle

Les appareils utilisés dans le cancer de la prostate sont des « accélérateurs linéaires de particules » qui délivrent, par voie externe, une irradiation de haute énergie. Ce sont des rayons X particuliers qui peuvent atteindre une cible (organe) située en profondeur tout en préservant le plus possible les tissus de voisinage.

Mode d’action de la radiothérapie

Les rayons agissent par cassure des brins d’ADN situés sur les chromosomes. La cellule ainsi atteinte ne peut plus se diviser et proliférer. Les cellules normales peuvent se « réparer » et récupérer une vie normale (multiplication). Les cellules tumorales atteintes sont donc vouées à la disparition. Le délai d’action n’est donc pas immédiat et nécessite parfois plusieurs semaines. Ce mode d’action explique également les effets sur les cellules normales.

Préparation au traitement

La décision de réaliser une radiothérapie a été prise lors d’une réunion pluridisciplinaire de cancérologie impliquant la présence de votre Urologue mais également d’oncologues, de radiothérapeute, de radiologue…
Votre première visite chez le radiothérapeute lui permettra de vous expliquer le déroulement des séances (dose totale, nombre de séances, effets secondaires…). Il réalisera en premier lieu une simulation lui permettant de repérer votre prostate. Ce repérage encore appelé centrage, nécessite la réalisation d’un scanner ou d’une IRM pelvienne. Le médecin définit ainsi le volume cible (volume à irradier).

Ces informations sont ensuite intégrées à un logiciel informatique qui permettra d’optimiser les portes d’entrée des rayons vers votre prostate. Des marques (tatouage) seront réalisées sur le bas de votre abdomen et permettront ainsi de vous repositionner de manière identique lors de chaque séance.

Déroulement de la radiothérapie

La dose totale de rayons n’est pas délivrée en une seule fois. Elle est fractionnée en plusieurs séances (entre 30 et 40). Les séances sont quotidiennes (5 jours par semaine) et dure entre 15 et 20 minutes. Vous ne serez donc pas hospitalisé (traitement ambulatoire). Le traitement total pour le cancer de la prostate est donc étalé sur environ 7 semaines.

Que ressent-on pendant la radiothérapie

En principe, vous ne ressentirez aucun effet sur l’état général, le traitement étant localisé à votre prostate. Vous pourrez donc poursuivre vos activités habituelles. L’irradiation étant centrée sur votre prostate, vous n’aurez pas besoin de faire des contrôles généraux, en particulier de prise de sang. Vous n’avez pas non plus besoin de vous isoler de votre entourage : « vous ne serez pas radioactif ».

Effets secondaires précoses

Les plus fréquents sont ceux liés à l’irritation des organes voisins de la prostate :

  • Vessie : envie plus fréquente d’uriner, besoins urgents, difficultés à uriner, sensation éventuelle de brûlure. Paradoxalement pour minimiser au maximum ces effets secondaires, il faut s’efforcer de boire 1,5 litre d’eau et supprimer alcool et épices (qui sont des excitants).
  • Intestin : plusieurs selles ou fausses selles par jour ne sont pas rares. Ce phénomène est dû à l’irritation du rectum (rectite).
  • Anus : des poussées hémorroïdaires sont fréquentes et doivent être traitées dès le début de leur manifestation par des besoins locaux (bains de siège, pommade et suppositoires).
  • Peau : les réactions au niveau du pubis sont assez rares. La pilosité peut disparaître de manière temporaire.
Effets secondaires tardifs

Les effets de la radiothérapie sur les organes de voisinage de la prostate sont parfois d’apparition tardive (généralement dans les 2 ans qui suivent les rayons) et peuvent être prolongés.
La radiothérapie peut être à l’origine de saignements vésicaux (hématurie) ou intestinaux (rectorragies). Ils nécessitent souvent l’avis de spécialistes (Urologue, ou gastroentérologue) et leur prise en charge peut parfois être complexe.
L’incontinence est possible et représente entre 3 et 4% des patients traités par radiothérapie externe.
Le canal de l’urètre qui traverse la prostate peut réagir en se rétrécissant (sténose) nécessitant parfois un geste endoscopique.

Surveillance du traitement

Vous devez revoir régulièrement votre Urologue. La surveillance est essentiellement basée sur un examen clinique et sur le dosage du PSA. Celui ci doit progressivement baisser et doit être dosé à intervalle régulier.