Sélectionner une page

Le rétablissement de continuité

Si la vessie est enlevée, il faut bien sûr créer un nouveau circuit pour les urines qui sont produites par le rein, et évacuées des reins par les uretères.

Les urines peuvent être dérivées à la peau (elles sont recueillies dans une poche collée sur la peau), dans le côlon (elles sont alors évacuées par le rectum avec les matières), ou bien une nouvelle vessie en intestin peut être faite et mise à la place de la vessie enlevée pour que le patient puisse continuer à uriner par les voies naturelles.

Consultation

Prendre rendez-vous

Centre d’Urologie du Val d'Ouest

04 72 19 31 84

Centre d’Urologie de la Sauvegarde

04 72 17 72 16
04 37 49 66 77

Dérivations des urines de la peau

Urétérostomie cutanée

C’est l’abouchement direct des uretères à la peau. Le patient a alors soit une soit deux poches (une de chaque côté). Cette technique de dérivation est très rarement utilisée actuellement.

Dérivation cutanée trans-iléale selon Bricker

C’est la dérivation des urines à la peau avec interposition d’un segment d’intestin entre les uretères et l’orifice cutané.
L’avantage est d’avoir une seule poche qui draine l’urine des 2 uretères.

Cette technique est très utilisée en raison de sa fiabilité et de la facilité d’appareillage pour le patient.

Dérivation urétéro-colique

Les urines sont dérivées dans le gros intestin.
Il faut au préalable vérifier que le sphincter de l’anus (qui assure la fermeture du rectum) est suffisamment tonique pour retenir des urines.

C’est une technique rarement utilisée actuellement.

Remplacement de la vessie

Le remplacement de la vessie permet au patient de reprendre une fonction quasiment normale, puisque les urines sont toujours éliminées par les voies naturelles.
Si cette technique est habituellement possible chez l’homme, elle est rarement faisable chez la femme en raison de la faible longueur de l’urètre. Dans certains cas très sélectionnés, où il est possible de préserver l’urètre, on peut parfois faire un remplacement vésical chez la femme.

Cette technique permet des mictions par les voies naturelles mais avec une continence nocturne souvent imparfaite.

 

Découvrir la fiche d’information