Sélectionner une page

Le syndrome de la jonction pyélo urétérale

La maladie de la jonction pyélo uérétale ou syndrome de la jonction est dans l’immense majorité des cas une maladie congénitale présente dès la naissance.
Elle peut rester asymptomatique ou bien décompenser à tout âge.
Le pic d’incidence se situe néanmoins chez l’adulte jeune.

Consultation

Prendre rendez-vous

Centre d’Urologie du Val d'Ouest

04 72 19 31 84

Centre d’Urologie de la Sauvegarde

04 72 17 72 16
04 37 49 66 77

Le syndrome de la jonction pyélo urétérale est une pathologie fréquente, qui entraine un obstacle au niveau de la jonction entre le pyélon et l’uretère, ayant donc pour effet un ralentissement du passage des urines au niveau rénal et donc une dilatation de la voie urinaire haute (bassinet ou pyélon).
Ce syndrome peut avoir deux origines principales :

  • Une fibrose musculaire de la jonction pyélo urétérale
  • Une compression extrinsèque de la jonction pyélo urétérale par le plus souvent une artère polaire inférieur dont le rôle est de vasculariser la partie inférieure du rein homolatéral.

Les symptômes

Dans le cas d’une maladie de la jonction décompensée, les symptômes peuvent être identiques à ceux d’une colique néphrétique, principalement lors de phases d’hydratation importante. Le rein se met alors en tension par défaut d’évacuation des urines et provoque la douleur.
Elle est généralement lombaire et peut irradier au niveau abdominal ou vers les organes génitaux externes. Ces douleurs évoluent par crises le plus souvent et réagisse bien aux anti inflammatoires.

Les complications

Les complications de cette obstruction rénale chronique sont principalement les infections urinaires hautes ou pyélonéphrites, les calculs urinaires par stase mais également et surtout une destruction progressive du rein.

Les examens radiologiques

Les examens radiologiques sont déterminants pour faire le diagnostic de syndrome de la jonction pyélourétérale. Ils reposent sur un scanner abdomino pelvien avec injection et réalisation de temps tardifs, afin de s’assurer de la rétention des urines au niveau rénal, et de s’assurer de l’absence d’artère polaire inférieure.
La scintigraphie rénale au Mag 3 est enfin l’examen permettant d’affirmer le diagnostic, mettant en évidence un retard d’excrétion rénale. La scintigraphie permet également de vérifier la fonction rénale partagée pour vérifier l’absence de complications liées à la maladie de la jonction.

Le traitement est nécessaire en présence de signes cliniques invalidants ou de complications (Cure de jonction pyélo urétérale ou pyéloplastie).
Il repose principalement sur un traitement chirurgical qui sera réalisé en coelioscopie. Il consiste en l’ablation de la zone rétrécie, la plastie du bassinet et la suture entre le pyélon et l’uretère.
Le repositionnement de la jonction en arrière de l’artère polaire inférieur est réalisé le cas échéant.

Une hospitalisation s’avère souvent nécessaire mais la cure de jonction peut également être réalisée en ambulatoire. Une sonde double J est néanmoins nécessaire pendant quelques semaines après l’intervention afin de permettre une bonne cicatrisation pyélo urétérale, ainsi qu’une sonde urinaire le plus souvent pendant quelques jours qui pourra être retirée à domicile par votre infirmière.

Une vidéo chirurgicale est également disponible sur notre site.