Sélectionner une page

Les traitements de l’incontinence urinaire

Il y a de nombreux traitements :

  • la kinésithérapie,
  • les médicaments,
  • le laser GYNELASE,
  • la chirurgie.

Le meilleur traitement pour vous dépend de vos plaintes.

Consultation

Prendre rendez-vous

Centre d’Urologie du Val d'Ouest

04 72 19 31 84

Centre d’Urologie de la Sauvegarde

04 72 17 72 16
04 37 49 66 77

La rééducation du plancher pelvien, le laser Gynelase et les médicaments

Il s’agit d’une véritable rééducation périnéale et sphinctérienne, surtout indiquée lorsque la musculature pelvienne est déficiente. Cet acte doit être pratiqué par un kinésithérapeute diplômé d’état spécialiste doté d’appareils spécialisés (électrostimulation). Quinze à Vingt séances de kinésithérapie sont généralement nécessaires.

Les médicaments ou thérapies hormonales peuvent être efficaces pour certaines formes d’incontinence en association avec de la rééducation.
Il s’agit d’oestrogénothérapie locale afin de lutter contre la carence oestrogénique post méopausique.

En alternative ou en cas d’échec de ces traitements, le laser Gynelase pourra vous être proposé par votre urologue spécialiste.

Les techniques chirurgicales actuelles, peu invasives, sûres et efficaces

La bandelette sous urétrale

Elle a pour but de soutenir l’urètre pour traiter et guérir l’incontinence ou fuites urinaires d’effort. Elle restaure un plancher pelvien stable et corrige l’incontinence urinaire d’effort dans 98% des cas lorsque l’indication est bien posée par votre urologue

Votre urologue place une bandelette sous l’urètre (TOT ou TVT) afin qu’il soit soutenu chaque fois qu’une pression s’exerce dans cette région (en cas de toux ou d’éternuement par exemple).
Elle contribuera au soutien de votre urètre pendant tout le restant de votre vie.

Les avantages de la bandelette sous urétrale :

  • C’est un traitement innovant et peu invasif.
  • La bandelette sous urétrale a prouvé son efficacité en cas d’incontinence urinaire d’effort.
  • Cette technique est beaucoup moins lourde que les interventions chirurgicales classiques.
  • Le traitement peut être réalisé sous anesthésie loco-régionale.
  • Vous pouvez rentrer chez vous le lendemain de l’intervention, une fois que votre urologue a vérifié que vous pouvez uriner.
    Vous pouvez reprendre vos activités quotidiennes habituelles un à deux jours après l’intervention.
  • 98%(1) des femmes traitées n’ont plus de fuites ou en rapportent significativement moins 7 ans après le traitement.
    de Leval, J. European Urology, volume 44 issue 6, Décembre 2003, page 724-730
  • Peu de complications, pour la plupart sans conséquence.

Quels sont les risques et les contre-indications ?

Toutes les interventions médicales comportent des risques. Il peut y avoir des complications dues à l’introduction des aiguilles.
Après l’opération, vous pouvez avoir des difficultés à vider votre vessie.
Pour en savoir plus sur les complications possibles, consultez votre urologue.
Comme n’importe quelle autre méthode de ce type, la bandelette sous urétrale est contre-indiquée en cas de grossesse ou si vous envisagez une grossesse.

La douleur post opératoire sera minime ou inexistante.
En cas de besoin, votre urologue pourra vous conseiller de prendre un antalgique.
Il est recommandé de ne pas porter des charges lourdes et de ne pas avoir de rapports sexuels pendant quatre à six semaines.

 

Découvrir la fiche d’information sur les bandelettes TOT

 

Découvrir la fiche d’information sur les bandelettes TVT

Le sphincter urinaire

En cas d’échec des techniques précitées ou en cas d’incontinence importante avec insuffisance sphinctérienne majeure, la mise en place d’un sphincter artificiel peut s’avérer nécessaire.
On place une manchette (anneau gonflable) autour de l’urètre.
Cette dernière est actionnée (dégonflée) par la patiente lorsque elle désire uriner.

 

Découvrir la fiche d’information

Laser GYNELASE : Nouveau traitement de la sècheresse vaginale et de l’incontinence urinaire
Le laser GYNELASE est un laser Co2 spécifiquement développé pour la prise en charge de l’incontinence urinaire d’effort chez la femme, mais également pour les fuites urinaires par urgenturie (voir incontinence).
Les principales indications pour lesquelles ce nouveau laser est efficace sont l’incontinence urinaire d’effort résistante à la kinésithérapie, l’atrophie ou la sècheresse vulvaire et vaginale, le début de prolapsus génital mais également la béance vulvaire ou syndrome de relâchement vaginal après accouchement. Ces séances entrainent un rajeunissement vulvaire et vaginal pour un meilleur confort génital au quotidien et pendant les rapports sexuels. Elles permettent également une correction des fuites urinaires et de la sensation de pesanteur pelvienne dès la première séance.

L’efficacité de ce laser résulte du renouvellement du collagène de la muqueuse vaginale et du renforcement du tissu musculaire du plancher pelvien.

L’indication de ce laser sera posée par votre urologue spécialiste.
Les effets secondaires sont rares voir inexistants.
Les séances sont réalisées par votre urologue et son assistante infirmière. Elle dure en moyenne 30 minutes et ne nécessite pas d’anesthésie locale ou générale. Il n’y a généralement aucune douleur ou inconfort, et le déroulement de la séance se fait en position gynécologique par introduction du laser par voie vaginale.

Les effets sont généralement un bout d’un mois et peuvent nécessiter une deuxième séance de consolidation.