Les Hifu

Les Ultrasons Focalisés de Haute Intensité (HIFU)

Le traitement par ultrasons focalisés de haute intensité est un traitement local du cancer de la prostate non métastatique, c'est-à-dire qu'il permet d'agir directement sur la prostate et de traiter la tumeur. Ce traitement est proposé en France depuis 1995. On parle aussi d'Ablatherm®, du nom commercial de la machine utilisée en France. Ce dernier a été conçu à LYON et est pratiqué dans le monde entier.

Ce traitement est pratiqué par un urologue. Il a pour but de détruire la prostate et la tumeur qu'elle contient par application locale de la chaleur. L'AFU propose le traitement par HIFU à visée curative dans 2 indications précises :

  • Chez des patients atteints de certaines formes de cancers localisés de la prostate.
  • En rattrapage pour des récidives locales strictes chez des patients traités initialement par radiothérapie externe pour cancer localisé.

Le principe du traitement est d'induire une fibrose secondaire complète de la prostate après destruction des cellules cancéreuses, obtenue par effet thermique d'un faisceau d'ultrasons de haute intensité. Ces ultrasons d'énergie élevée sont émis par une sonde endo-rectale, introduite dans le rectum du patient. La sonde est recouverte d'un ballonnet contenant un liquide réfrigéré qui permet de maintenir la paroi rectale à une température constante pendant toute la durée du traitement.

Les ultrasons se focalisent à travers la paroi du rectum vers la zone à traiter. Le faisceau d'ultrasons est émis sous forme d'impulsions (ou tirs) qui durent 5 secondes. Chaque impulsion ultrasonore détruit sélectivement une petite zone de tissu de la prostate qui mesure 22 millimètres (mm) de long et 2 mm de diamètre.
Cette destruction se fait grâce à une élévation brutale de la température dans la zone traitée, provoquant une destruction définitive des tissus visés.

Le nombre de tir dépend du volume de la prostate : environ 300 à 400 tirs successifs sont nécessaires pour traiter dans sa totalité une prostate de volume moyen.

Ce traitement nécessite un ECBU stérile et une anesthésie générale.
L'HIFU peut être accompagné d'une résection de prostate afin de limiter le risque post opératoire de rétention aigue urinaire.

Après le traitement, la sonde vésicale est retirée généralement à J1 avant la sortie du patient. Le PSA post opératoire devra être surveillé à 1 et 3 mois pour s'assurer de la bonne efficacité du traitement.

Les complications directement en relation avec l'intervention sont rares, mais possibles :

  • Les effets secondaires immédiats : pendant les deux mois qui suivent le traitement, certains patients présentent des troubles urinaires qui sont le plus souvent mineurs et régressifs (mictions fréquentes, mictions urgentes avec parfois fuites, infection urinaire sans fièvre, petits saignements et/ou élimination de débris nécrotiques dans les urines).
  • Les effets secondaires tardifs : le taux de complication est faible.
    Les principaux risques sont l'incontinence urinaire d'effort et les rétrécissements de l'urètre prostatique : les patients qui présentent une incontinence urinaire d'effort persistante peuvent bénéficier d'un traitement spécifique. Un rétrécissement de l'urètre intraprostatique (sténose) peut survenir dans les mois qui suivent le traitement. Il peut nécessiter une intervention par voie endoscopique (urétrotomie interne) pour rétablir la perméabilité de l'urètre comprimé par la fibrose. La survenue de troubles de la fonction érectile dépend de l'âge et de la technique de traitement. La préservation d'un nerf érecteur est possible en cas de cancer unilatéral.

picture_as_pdf Imprimer la fiche d'information de l'association française d'urologie